Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

brumes de novembre

Publié le par emma

brumes de novembre
avec la collaboration de eperluette, et barbouille
 
Parfois il faut penser
à tous les pauvres morts
dessous les chrysanthèmes,
sous le marbre arrogant
ou les simples graviers,
dans un pauvre carré,
ou ceux bien alignés
par milliers sur des plaines
si paisibles et si vertes.
 
La mort est sans nul doute
D'un ennui bien mortel
Pour qui ne peut sentir
Le vent sur son visage,
la chaleur d'une main,
le sable sous ses pieds...
 
Il faut penser à eux
Les morts vieux tout usés
Se demandant encore
Si ça vaut l'coup
Si ça vaut l'coup d'vivre sa vie…
Ceux stupéfaits, ou furieux
de ne pas avoir  pu
terminer la partie...
Et les tout petits morts
qui ont si peu vécu,
ou qui n'ont pas voulu…
Aussi les vieux morts jeunes
ceux des neiges d'antan
Eparpillés, atomisés
dans des éclats rouillés,
d'obus, de boucliers
ou bien des pierres taillées.
 
Parfois il faut penser
A tous les pauvres morts...
Quoiqu'en dise le poète,
On ne voit pas leurs ombres
glisser entre les ifs.
Pas de chuchotement
quand le soir est venu.
Rien que le bruissement
Des feuilles de peuplier
 
 
Commenter cet article
Q
Qui sait si justement ce ne sont pas les ombres qui font frémir les peupliers ?
Répondre
M
J'aime la brume ainsi que ton poème.
Bonne journée Emma
Répondre
M
Un poème de circonstance. Perso je n'ai pas un jour précis pour penser aux morts en tous les cas à ceux qui me manquent mais parfois c'est bien aussi d'avoir des jours collectifs car on se sent moins seuls ces jours-là.
Répondre
C
"Les morts, les pauvres morts ont de grandes douleurs" écrivait Baudelaire. Merci, Emma, pour ce poème tellement sensible.
Répondre
I
Je pense souvent aux morts. J'aime les cimetières. Certaines tombes sont parfois tellement anciennes, je me mets à m'imaginer ce qu'ils ont vécu. Ta composition accompagnée de cette musique et de ce joli poème est superbe.
Répondre
G
Excellent cliché embrumé !
Répondre
N
Les brumes sont là.
Les entrées maritimes aussi.
Un ciel voilé, gris, fris...
Bizatoi.
Répondre
M
..il y en a tant de ces morts "vieux", oubliés de tous...avec le temps va, tout s'en va...
Bises du soir
Mireille du sablon
Répondre
E
Un très beau poème , très expressif dans sa triste réalité , j'aime beaucoup.
La composition photographique est magnifique en parfaite harmonie avec le poème .
Douce soirée, bises Emma
Répondre
C
Voilà un travail d'équipe bien de circonstances , réalisé, monté, écrit et mis en musique.
Ce soir, ta publication qui me parvient au moment où une amie blogueuse vient de perdre son fils, me plonge peut être plus que de raison dans l'émotion.
Répondre
G
Pour les âmes grises... Quel magnifique poème, superbement illustré et posé sur une belle musique. Mais il faut dire que tu t'es mise en trois pour ce résultat !
Répondre
M
Une collaboration fructueuse... Toutes les personnes que nous avons connues et aimées sont là, jamais bien loin dans notre esprit...
Répondre
M
On obtient de beaux contrastes sur des photos par temps de brume...
Répondre
M
Très belle photo et très beau texte. "Les morts, les pauvres morts, ont de grandes douleurs,
Et quand octobre souffle, émondeur des vieux arbres,
Son vent mélancolique à l'entour de leurs marbres,
Certes, ils doivent trouver les vivants bien ingrats,
A dormir, comme ils font, chaudement dans leurs draps,
(Baudelaire)
- Amicalement. M.T.
Répondre
J
La mort au fond d'un trou c'est le plus grand des ennuis sur terre, enfin, sous terre... alors si les morts sortent la nuit habillés de brouillard couleur fantôme, laissons-leur la lune pour revivre un peu ;-)
Répondre
A
J'y pense parfois, pas forcément à la "bonne" date. Il faut avoir vu une fois dans sa vie les croix blanches de Verdun ou celles de Vimy dans un cadre si bucolique que les larmes montent malgré soi...
Barbouille, Esperluette et Picto ont réalisé une image remplie d'émotion, merci Emma.
Répondre
M
Je suis un fan d'hommes du passé j'y pense souvent ,pas à l'un seul devant une bière ou pas mais à tous avec tant de tendresse triste.
Répondre